VIE SAUVAGE:

L'OURS BRUN, roi des forets

 

 

Une rencontre au coeur des forêts de hêtres et de grands pins…

 » Qui n’as pas rêver de rencontrer ces animaux, roi des forêts… « 

Il y a bien longtemps, même en France, il n’y avais pas plus commune bête, vivant dans nos  vastes forêts. Si commune que, selon Gaston Phoebus, il n’était utile de le décrire. Aujourd’hui hélas, le rencontrer est difficile dans nos Pyrénées, puis qu’il n’y a que ici qu’il survit grace au programme de protection et réintroduction. En 2018 on en dénombre environ 40, dont une grande partie sont des ours slovènes.

Un jeune entre scène...

Un jeune entre scène...

Puissant et très attachant…L’ours brun peu vivre à l’état sauvage jusqu’à trente années, mesurer jusqu’à un mètre au garrot et peser entre 70 et 200 kilogrammes, les mâles étant plus gros que les femelles. L’ours atteint sa majorité sexuelle à l’âge des 4-5 ans. Le rut -très discret- à lieu au printemps (Mai-Juin). Le temps de gestation est de 7 mois cependant, particularité de l’espèce, il y a ovo-implantation différée ( c-à-d que l’ovule fécondé stoppe sa croissance jusqu’à cinq mois) la mise bas intervient en Janvier-Février. C’est dans la tanière hivernale qu’a lieu la mise bas, de un à quatre petits, selon la région et la quantité de nourriture disponible. La femelle allaite environ six mois. Les petits quittent leur mère à l’age d’un an et demi voir 2 ans et demi.

« Speudo-hivernant »

 

L’ours est une espèce généralement sédentaire. Il a besoin d’un territoire vital de 3000 ha minimum. Cependant plusieurs individus peuvent cohabiter sur ce même territoire de façon hiérarchisée. Le mâle alpha (le plus fort de tous) suivi des femelles suitées de l’année, puis par d’autres mâles adultes. Les plus jeunes émancipés sont au bas de l’échelle, toutefois ils prennent soin de s’éviter. Durant son cycle de vie notre ours brun va hiberner à l’abri au fond d’une tanière. ces fonctions vitales vont ralentir ce qui lui permet de survivre aux pénuries alimentaires en période de grand froid. son cœur ralentit jusqu’à 10 battements par minutes, la température des organes vitaux descend à 32°c… Ce « pseudo-hivernant » reprend une activité normale aux alentours du moi d’avril, puis ralentit ses activité dès l’automne. L’ours brun, bousculé par les activités de l’homme, est contraint à des sorties nocturnes le plus souvent. On observe des pics d’activité entre 6h et 8h du matin puis entre 18h et 23h. Il passe aussi le plus clair de son temps sous couvert forestier.

« Un régime à dominante végétivore »

L’ours consacre la plus part de ses activités à la recherche de nourriture pour cela il est doté d’une ouïe et d’un odorat très performant lui permettant de trouver ce qu’il lui faut à des kilomètres. Il peut d’ailleurs parcourir 3-5 kilomètres quotidiennement. Son régime alimentaire est à dominante végétivore, parfois carnivore … l’ours est un opportuniste ! Son alimentation est donc principalement constituée de produits végétaux et racines, au printemps (Conopodium Majus par exemple) au début de l’été il profite de la profusion de fruits tel que les myrtilles, framboises…) à l’automne se serra plutôt de fruits secs qu’il composera ces repas ( gland, châtaignes…). Les principaux apports en protéines d’origine animale proviennent de carcasse de sanglier, chevreuil, cerf ou d’ovins et caprins domestique.

recherche de nourriture

jeune ours

frère ours

empreinte

Un ouvrage indispensable si vous souhaiter en savoir plus sur l’Ours brun

gs.