VIE SAUVAGE:

L'Orang-outan 'homme de la forêt'

 

 

L’Orang-outan de Sumatra-Pongo Abelii.

 » rencontrer ces grands singes, c’est un souvenir impérissable… « 

Découvrir la Jungle en Indonésie c’est quelque chose, et rencontrer les primates encore une autre ! Mais une rencontre avec les Orang outans c’est un souvenir inoubliable !

Mais pourtant, et vous le savez sans doute c’est une des espèces les plus menacées tant son habitat disparaît.

Au profit bien sur de plantation de palmier à huile, l’homme brûle c’est plus belles forets ou plantation d’hévéa devenu peu rentable sous la pression du gouvernement Indonésien et des grands groupes Malaisien qui plus est…Une catastrophe écologique sans précédent.

Un regard ...

Un regard ...

Les Orangs-outans ont été isolés sur le plan géographique depuis plus de 10 000 ans déjà, jusqu’à ce que le niveau des mers montant, sépare Bornéo et Sumatra en deux îles distincte.

Les Orang outans devinrent deux espèces à part entière…Mais c’est en Novembre 2017 qu’une nouvelle bouscule le monde des primatologues ! La découverte d’une nouvelle espèce à Sumatra : l’Orang-outan de Tapanuli.

« Seulement trois espèces… »

L’orang-outan, ou en Malais : Homme de la forêt, ( Les indonésiens le nomme Mawa) est un primate de la famille des Hominidés. Il est notre plus proche cousin sur le plan génétique, puisque nous partageons 97% de son génome !

Ce petit Homme aux longs poils hirsutes roux, mesure entre 1,10m et 1,40m. De ses longs bras il peut couvrir une envergure de près de 2 mètres, ce qui lui est très pratique pour atteindre les branches dont ils se sert pour ces déplacements ou pour y trouver sa nourriture. Il pèse environ 40kg pour la femelle  et environ 80kg pour le mâle.

L’orang-outan de Sumatra est un peu différent physiquement de celui rencontré à Bornéo: Un pelage plus long et d’un roux plus éclatant, un visage plus ovale, terminé d’une barbe plus pointue.

Grand singe particulièrement intelligent il vit quasi exclusivement dans les arbres, et ne descend sur là terre que très rarement.

« Une naissance environ tous les 8 ans »

L’Orang-outan est un singe solitaire, la femelle quant à elle est souvent accompagné de son petit auquel elle porte une attention particulière. Ce dernier reste en contact proche jusqu’à ces 3-4 environ, puis vers l’age de 5-7 ans sera capable de se débrouiller seul. La femelle, aura son premier enfant entre 12 à 15ans pour un rythme de naissance d’environ tous les 8 ans. Les naissances sont donc rares se qui fragilise la survie de l’espèce.

-Il est attendrissant de voir le nouveau né qui reste toujours bien accroché à sa mère en maintenant fermement une poignée de poil !-

recherche de nourriture

jeune mâle, debout !

un regard sur l'avenir ?

tendresse

Le dimorphisme sexuel -c’est à dire la différence physique entre les deux sexe- est important puisque le mâle est deux fois plus grand et plus lourd ! Les mâles sont donc plus grand et plus gros, reconnaissable par de larges bajoues ou disque faciaux. (élément de séduction). une poche sous le menton (sac laryngé) surmonté d’une barbe rousse plus claire que le pelage. Le sac leur permet de pousser de puissants cris, audibles à plus d’un kilomètre pour communiquer ! Ces attributs sont surtout visibles chez le grand mâle, c’est à dire le mâle dominant. Les autres mâles présent sur le même territoire, mature à l’âge de 7 à 10 ans, peuvent rester au stade subadulte tant que le grand mâle règne. Le grand mâle défend de la voix son territoire, ces femelles. Il lui incombe aussi de trouver les ressources alimentaires pour sa communauté.

Notre Grand singe roux à une vie semblable à la notre, d’un rythme diurne, calé sur le levé et couché du Soleil. Il se lève tôt  et prend un fruit aussitôt en guise de petit déjeuner, ensuite il quitte son nid en quête de nourriture, il se déplace peu et consacre en fin de journée quelques minutes, (comprenez moins d’une heure)  à la construction du nid, sur la canopée pour passer la nuit. (il change de nid tous les jours).

 

UNE ESPÈCE EN DANGER

 

Néanmoins cette espèce souffre, car l’homme empiète de façon singulière sur son espace vital, la forêt tropicale humide. Malgré tout beaucoup d’hommes et de femmes se mobilisent à Sumatra en rachetant des terres pour empêcher la propagation des plantations de palmiers, on replante toute sortes d’arbres ou recueillir, soigner puis retourner à la nature les différents animaux victimes de la déforestation. Tout n’est pas sans espoir ! On mise aussi beaucoup sur l’avenir en sensibilisant instruisant les enfants, les futures générations !