VIE SAUVAGE:

LE RENARD BLEU...

 

 

Aventure en Islande, entre terres de glaces et terres de laves, à la rencontre de Melrakki…

« le renard polaire est le seul mammifère natif de l’île »

Dans les fjord de l’ouest et sur fond d’aurore boréale que j’ai rencontré l’emblématique renard polaire (Vulpes lagopus) avec mon ami photographe pro Phil GARCIA guide pour  l’Explographe. Ce petit mammifère était présent bien avant l’arrivée des premiers hommes en Islande aux environs du IXeme siècle !

Photographe en action...

Photographe en action...

Nous sommes en Mars…C’est l’hiver encore en Hornstrandir… Période idéale pour observer ce curieux renard dans son épais manteau . Une singularité de l’espèce fait que l’on peut rencontrer aussi bien des renards de forme blanche, qui comme son nom l’indique est tout de blanc vêtu l’hiver venu, que des renards de forme bleue, qui eux s’habillent d’une robe brune en été et en cette saison. La forme dite « bleue » est très présente dans les biotopes côtiers. Ainsi on rencontre 80% des renards sous cette forme, et plutôt 40% d’entre eux dans les terres.

« Un opportuniste »

 

Cet opportuniste de taille moyenne profite des marées basses pour venir se nourrir, moules, oursins, vers des sables…Le régime alimentaire dépend donc du biotope, ainsi les populations vivant en toundra par exemple, se nourriront plutôt de lemming. (Pas de lemming en Islande mais mulot sylvestre)

« les renards forme un couple monogame »

Notre renard vivant sur les côtesdes fjords de l’ouest ne souffre pas vraiment de manque de nourriture tout au long de l’année, bien que l’hiver puisse être plus difficile. Cela assure une certaine stabilité pour l’espèce qui se reproduit bien chaque année. Le couple, monogame, donnera une portée de 4 à 8 petits toutefois viables au cours du mois de Mai. C’est en Septembre alors que les jeunes auront atteint leur stade adulte et partirons à la recherche de territoire et de nourriture pour passer leur premier hiver.

se lèche les babines

jeune femelle tentant de séduire

Pour affronter l’hiver rude le renard polaire est pourvu d’une épaisse fourrure, qui jadis étais très recherchée. Son manteau peut le protéger à des températures extrêmes -50°celcius ! Son museau et ces oreilles sont également plus court pour limiter les déperdission de chaleur, et ces pattes sont, comme le lièvre variable ou le lagopède pourvu de fourrure également lui permettant de bien isoler ces extrémités en contact permanant avec le sol gelé. Ce lui à valu le terme de lagopus …

Aujourd’hui le renard se porte bien en Islande , en 2016 on estimait la population entre 8000 et 10000 individus. L’animal n’est plus chassé mais régulé si il pose problème avec des élevages par exemple. Le tourisme est peut être désormais ca plus grande menace. Le renard attire les curieux et souvent à la période d’élévage des petits. Une étude montre que le temps passer par l’homme devant des tanières impacte négativement le taux de survie des petits. Amis photographes j’attire votre attention sur ce point il est important de ne pas déranger cette petite famille, gardons nos distances et soyons patient !

 

Si l’envie vous prends de découvrir cette espèce, n’hésitez as à contacter l’Explographe qui propose des stages photos en Islande, ou si vous sous y rendez, faite une halte à Sudavik, à l’artic fox centre !

Melrakki, un ouvrage indispençable réunissant de superbes photographies de Phil GARCIA

gs.