Drôle de cimetière !

VIE SAUVAGE:

LE HAMSTER D'EUROPE
 

 

VIE SAUVAGE AU COEUR DE LA METROPOLE DE VIENNE

 » Le sauvage est revenu en ville »

Il est bien des villes en Europe ou l’ont observe un retour de la Nature. A Vienne c’est un peu l’inverse. L’expansion de la ville c’est faite et n’a pas empêcher ce rongeur-en grand danger en France- de s’adapter à certains espaces insolites…. La quiétude des cimetières, anciennement bâtis sur son  habitat. Je vous partage ici quelques extraits de mon dernier article paru cet automne 2020 dans la revue Nat’image n°64.

L’ambiance est Automnale

 

 

 

 

entre feuilles et brins d'herbes

entre feuilles et brins d'herbes

Le Hamster d’Europe est le plus grand des huit espèces de hamster vivant en Europe. On le trouve depuis l’Est de la France jusqu’au Kazakhstan. C’est une espèce strictement protégée, par la convention de Berne.Actif dès l’aube, il collecter sa nourriture qu’il stocke dans ses abajoues. Une fois pleines il la transporte à vive allure vers son terrier.

Il affectionne pissenlit, pâquerette, trèfle, noisettes, vers de terre…

Mais hélas, dans ce cimetière les pelouses sont souvent tondues. Alors notre petite boule de poils en pyjama couleur jais, au faciès blanc et brun et aux yeux sombres et tout en espièglerie, se rabat sur les fleurs délicatement posées sur les tombes. Voir même sur les bougies qui contiennent beaucoup d’huile.

« Speudo-hivernant »

 

Le grand hamster est moins actif en hiver. Il obstrue l’entrée de son terrier pour se protéger du froid cinglant, et passera le plus clair de son temps dans un état léthargique, à dormir au fond de sa galerie. Le terrier peut atteindre jusqu’à deux mètres de profondeur. Il puisera dans ses stocks durant les phases d’éveil. Je m’imagine ces petits êtres au fond de leur « chambre », blottits attendant les beaux jours

« Un régime à dominante végétivore »

Il est aisé de le photographier, tant l’animal pullule dans ce bel espace.Un peu de patience, il suffit de repérer une source de nourriture (fleurs, bougie, trèfle…), un point de passage (très visible, il se dessine de véritables autoroutes ou la pelouse est très rase). Idéalement choisir un terrain ou l’herbe n’est pas trop haute pour ne pas gêner la mise au point. Il faudra bien sur ce mettre à leur niveau : s’allonger dans l’herbe ! Il est strictement interdit de les nourrir ! Beaucoup de photographe le font, n’hésitant parfois pas à leur présenter un épi de mais avec beurre de cacahuète et miel… Il va sans dire que cette pratique est absolument néfaste pour ces petites bêtes.

Pour votre matériel, un boitier, un zoom type 100-400mm est suffisant et un bean bag indispensable !

recherche de nourriture

alerte !

face à face

Si vous aussi vous souhaitez rendre visite à cette mignonne boule de poils contactez moi !

Grpd : données personnelles

3 + 1 =

retrouvez moi sur les réseaux sociaux